Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mars 2012 5 02 /03 /mars /2012 21:36

C’est un constat, aujourd’hui 70% des foyers français possèdent un ordinateur et sont connectés à internet, l’accès aux nouvelles technologies n’a plus de limite et dans la mesure où, 33% de ces foyers sont multi-équipés (téléphone portable, smartphone, Ipad,…), les ventes de tablettes numériques explosent jour après jour, elles sont de plus en plus plébiscitées pour un usage en famille. Alors qu’en 2010, elles se sont vendues à 350 000 tablettes numériques, les prévisions pour 2011 se portent à 1 500 000 tablettes vendues. De même pour les ventes de liseuses en vente depuis octobre 2011, les prévisions pour 2011 se portent à 92 000 exemplaires vendus. Alors qui sont ces nouveaux lecteurs, le numérique va-t-il bouleverser l’industrie du livre ? Doit-on envisager que les lectures de demain seront exclusivement des lectures sur écran ?

Quelques maisons d’édition ont franchi le pas et anticipent jour après jour l’usage de ces nouveaux supports et proposent aujourd’hui des livres d’un genre nouveau dit « interactif » avec leurs propres choix éditoriaux en favorisant soit le livre sonore et/ou le livre animé. D’autres éditeurs font appel à la créativité du lecteur (au travers du texte ou de l’illustration) et/ou proposent l’option bilingue voir trilingue pour conquérir le marché international. Les maisons d’édition présentes à cette conférence ont pris le parti de croire à ce nouveau défi en considérant qu’ils doivent s’adapter au plus tôt à cette évolution évidente du livre. Pour beaucoup, la lecture de demain sera une lecture sur écran, c’est la raison pour laquelle ils ont pris le parti de s’adapter au plus tôt à ces nouvelles pratiques de « consommation » du livre.

Par contre, toutes ces maisons d’édition sont convaincues de l’avenir du livre papier et considèrent que ces deux supports doivent être complémentaires, qu’ils doivent évoluer ensemble et que le numérique ne peut « tuer » les ventes de livres papier. Tous sont également d’accord pour  confirmer que c’est un avenir littéraire à ne pas négliger, où les continents voisins sont déjà bien avancés par rapport à la France. Aujourd’hui, ces nouveaux éditeurs comptent sur des partenariats à venir tels que les bibliothèques et les écoles  pour proposer au plus grand nombre la diffusion de ces nouveaux supports dont le cout reste important pour les foyers non équipés et donc, dans l’attente de prix « abordable », ces partenariats pourront offrir à chacun la possibilité de se familiariser avec ces nouveaux supports tactiles. L'Institut pour le futur de la lecture et de l'écriture (l’If : Lire) notifie d’ailleurs qu’il choisit d’accompagner les technologies récentes plutôt que de les subir, choix qu’il conseille aux professeurs, bibliothécaires et professionnels du livre.

Il est néanmoins à déplorer que cette conférence ait donné la parole uniquement à des éditeurs convaincus que le livre numérique est l’avenir dans la mesure où des éditeurs de livres papier n’y ont pas été conviés. Ces derniers n’ont pu donner leur avis, leur point de vue et leur opinion.

Alors que certains éditeurs osent parier sur le numérique et acceptent cette complémentarité, certains autres éditeurs restent dubitatifs et craignent l’accroissement de ces nouvelles technologies. 

Seul l’avenir confirmera ce phénomène de lecture « moderne ». Aujourd’hui, les avis sont encore mitigés, on adhère ou on n’adhère pas.

Partager cet article

Repost 0
Published by abfpicardie - dans Retour sur Montreuil
commenter cet article

commentaires