Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 mars 2012 1 26 /03 /mars /2012 15:00

Faut-il encore des bibliothécaires ?

 

Les personnes présentes à la conférence sur le thème, « Faut-il encore des bibliothécaires ? » sont :
- Dominique Arot de l’inspection générale des bibliothèques,
- Marie-Christine Pascal du ministère de la culture et de la communication où elle est chargée de mission au service du livre et de la lecture,
- Anne-Marie Bertrand, directrice de l’ENSSIB, c’est-à dire, l’école nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques.


Pour ces intervenants un problème se pose quant à la définition du métier. Il est même question « d’indéfinition » du métier, car les compétences sont de nos jours trop diverses. Si les compétences du métier sont trop nombreuses, techniques relationnelles, stratégiques et politiques de plus basées sur le management, alors le métier est incertain.
 

Pour D. Arot, le métier appelle des techniques d’accueil et de communication qui sont apparemment inconnues des vieilles bibliothèques. Organiser des rencontres au sein d’une bibliothèque reste incompatible avec ce métier. En fait, il parle d’un mal-être entre les différentes catégories de bibliothécaires et se pose la question : faut-il encore des bibliothécaires dans les bibliothèques ?
La solution est peut-être tournée vers le semi-public avec un partenariat de bénévoles.


  M.C. Pascal démontre par une suite de chiffres, que les grandes bibliothèques fonctionnent très bien avec le partenariat des associations de bénévoles. Les bénévoles des associations « Lire et j’aime lire » ou « ATD 1/4 monde » peuvent être les partenaires idéaux pour les bibliothécaires de catégories au statut supérieur. Surtout pour les relations hors les murs.

 A.M. Bertrand nous annonce qu’il y aura un bilan en 2013 pour les agents de catégorie C. Elle se demande pourquoi les petites structures sont hésitantes avec les bénévoles. Pourtant les bénévoles sont sources de rentrées de compétences assurées.
 Pour M.C. Pascal le bénévole connaît très bien les B.D.P. Cependant, les bénévoles ne se verront pas offrir une promesse de poste (crise, R.G.P.P. …). Il faut donc former les bénévoles pour aller hors les murs, car les bibliothécaires ne veulent pas le faire. Ils sont « transmetteur du lien social ».


 D. Arot reprend la citation de Christophe Palvidés : « On a besoin de machinthécaires, tellement on ne sait plus ».

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by abfpicardie - dans Salon du livre de Paris
commenter cet article

commentaires